Les allergies alimentaires sont à la hausse et si vous êtes l'une des 2 millions de personnes en France (4% des adultes et 8% des enfants) souffrant d’au moins une allergie alimentaire, alors il y a de fortes chances que vous et votre entourage vous posiez des questions. Moi aussi concernée, j'ai établi la liste des choses les plus importantes à savoir sur les allergies alimentaires. Cette liste n’est certainement pas exhaustive mais elle vous apprendra peut-être une chose ou deux !

 

-1-  Même s'il est possible d'être allergique à peu près à n'importe quelle nourriture, plus de 90% des allergies alimentaires, en particulier chez les jeunes enfants, sont causés par sept aliments :

  • les produits laitiers (ne comprend pas l'intolérance au lactose)
  • le soja
  • les fruits de mer
  • le blé
  • le gluten
  • les cacahuètes
  • les blancs d'oeufs 


-2-  Chez l'adulte, les principales allergies sont causées par les fruits du groupe "rosacées" (abricot, cerise, fraise, framboise, noisette...) et aussi celles du groupe "latex" (banane, avocat, kiwi...).

 

-3-  Les symptômes d’une allergie alimentaire les plus courants sont : 

  • Picotement de la bouche
  • Prurit, urticaire, éruptions cutanées 
  • Gonflement des lèvres et du visage
  • Difficulté à respirer
  • Vomissements et diarrhées

 

-4-  2% de la population est concernée par les allergies croisées. C'est à dire, lorsque le système de défense de l'organisme réagit à des allergènes différents mais qui se ressemblant au niveau de la structure biochimique : certains pollens et des fruits, les plumes d'oiseau et les œufs...

 

-5-  De même, si vous êtes allergique à un aliment dans un groupe d'aliments, vous avez plus de chance d'être allergique à d'autres aliments, ou tous les aliments de ce groupe. Par exemple, si vous êtes allergique aux arachides (qui est une légumineuse et non un fruit à coque), vous pourriez être en mesure de manger des amandes, mais pas les autres aliments de la famille des légumineuses (soja ou lentilles). 

 

-6-  Les symptômes d'allergie peuvent évoluer en grandissant. La bonne nouvelle est que la plupart des enfants se débarrassent de leurs allergies alimentaires à partir de trois ans. L’enfant allergique à la tomate peut devenir l’adolescent qui mangera du ketchup en toute sécurité. Pour ce faire, il faut réintroduire l'aliment petit à petit, à des doses bien calculées de manière à ne pas provoquer des réactions indésirables : c'est l'immunothérapie orale. Par exemple, on peut réintroduire l'oeuf et le lait à partir de 3 ans. Bien évidemment, ces réintroductions doivent se faire sous le contrôle du médecin. Les enfants ont tendance à ne plus être allergiques au lait, aux œufs et au soja, en revanche, d'autres allergies alimentaires, comme les noix et les crustacés, ont tendance à persister.

 

-7-  Le PAI : projet d'accueil individualisé permet aujourd'hui d'inclure l'allergie dans le cadre des maladies chroniques, d'autoriser la prise de médicaments pour les allergies sévères dans l'enceinte de l'école, et d'inciter les responsables des mairies et des restaurants scolaires à autoriser les "paniers repas" apportés par les parents.

 

-8-  Les symptômes d'allergie alimentaire varient en gravité. Alors qu'une mère peut avoir à se précipiter aux urgences car son enfant a une respiration sifflante quelques minutes après avoir mangé du beurre d'arachide, un autre enfant peut développer seulement une éruption cutanée autour de la bouche.

 

-9-  Cela peut prendre quelques minutes, quelques heures ou quelques jours pour un aliment avant de provoquer une réaction. La barre de chocolat de lundi peut être la cause de l'éruption de mardi.

 

-10-  Les allergies alimentaires sont souvent liées à la dose que l’on ingurgite. Ainsi, une cuillère à café de pâte à tartiner à la noisette peut ne pas être un problème, mais plusieurs cuillères sur un grand sandwich peuvent déclencher un problème respiratoire. Certaines personnes peuvent se sentir très bien avec un verre de lait, mais se sentir gonflées après avoir bu trois verres. La consommation de mollusques chaque jour pourrait vous déclencher une éruption cutanée sur tout le corps, mais manger quelques crevettes tous les quatre jours peut ne pas être un problème.

 

-11-  Si vous souffrez d’une allergie alimentaire alors vous êtes plus à même de souffrir d'asthme ou d'eczéma.

 

-12-  Il est possible pour les véritables allergies de se développer après l'adolescence. La plupart du temps, les symptômes d'allergie alimentaire apparaissent d'abord pendant l'enfance, mais ils peuvent survenir à tout moment après la première exposition à un aliment. Les allergies aux mollusques sont les plus susceptibles d'apparaître pour la première fois à l’âge adulte.

 

-13-  Il est dit que les principales causes de ce développement des allergies seraient liées à une diversification trop précoce de l'alimentation des nourrissons (avant six mois), à un terrain génétique favorable, à un meilleur dépistage des allergies ou à un excès d’hygiène

 

-14-  Attention : de nombreux médicaments contiennent des allergènes dangereux. Il est donc conseillé de lire les étiquettes avec prudence ou de demander conseil à votre pharmacien. Voici quelques exemples : 

  • Les vaccins contre la grippe contiennent des protéines d'œuf résiduelles
  • Le glucosamine contient des crustacés
  • Certains adhésifs peuvent contenir du blé
  • Le latex de caoutchouc naturel peut provoquer des réactions croisées avec les allergènes alimentaires à la banane, à l’avocat, au kiwi et à la châtaigne.
  • Les crèmes et les médicaments topiques peuvent contenir de l'huile d'arachide, un dérivé d'arachide.

 

-15-  Surtout, soyez prêt en cas d’urgence. Enseignez à votre enfant les symptômes possibles d'une réaction allergique grave (anaphylaxie), comme la difficulté à respirer ou à avaler, ou des fourmillements dans les mains, les pieds, les lèvres ou le cuir chevelu. S'ils éprouvent des symptômes après avoir mangé un aliment, assurez-vous qu'ils savent d'appeler immédiatement les pompiers (ou une ambulance). Et, si cela leur a été prescrit par votre allergologue, apprenez-leur à utiliser leur médicament pour traiter la réaction. Si possible, demandez à votre enfant de porter un bracelet d'identification ou d'alerte médicale qui identifie l'allergie spécifique.